Le mal des ardents de Frédéric Aribit

 

De Frédéric Aribit

Une rencontre de hasard, dans Paris, entre le narrateur et Lou, jeune violoncelliste étrange et exaltée. Pendant quatre jours et quatre nuits, le narrateur suit les errances, les fulgurances, les caprices de Lou, sa musique, ses photographies et ses dessins, ce qui le lance, subjugué, à la poursuite de l’impossible qu’elle incarne. Prof de lycée, il jonglait jusqu’ici avec des cours désincarnés, des interros surprise et une vie personnelle éparpillée. Grâce à elle, il redécouvre l’incandescence portée à ses limites. Mais l’étrange devient inquiétant : Lou se gratte beaucoup, semble ne jamais dormir, s’embarque dans des délires parfois risqués… Un dernier concert, La Pathétique de Tchaïkovski, une étreinte fulgurante entre les deux amants, et Lou est prise d’une grande crise de convulsion. Elle est conduite à l’hôpital avant de sombrer dans le coma. Le diagnostic surprend tout le monde puisqu’il conduit à la boulangerie où elle achète son pain, infecté par l’ergot.

Bouleversé, le narrateur se lance dans une enquête sur les traces de ce mystérieux « mal des ardents » qu’on croyait disparu. Il découvre la longue et ahurissante histoire d’un petit champignon parasite aux propriétés hallucinogènes ayant provoqué, avec des symptômes spectaculaires, des hécatombes depuis l’Antiquité jusqu’au XXème siècle, avant le cas insensé de Lou. Il apprend l’histoire de Saint-Antoine, saint patron des ergotiques, il s’intéresse comme Arthur Miller au procès des sorcières de Salem. Et sa vie de basculer dans une urgence absolue, une fièvre qui n’arrête pas de brûler dans ce qu’on appelle l’art, si cher à Lou.

 

18€